Menu

Liste des produits du producteur TSUJI HONTEN

La brasserie Gozenshu (Tsuji Honten Co., Ltd.) a été fondée en 1804 dans l’arrondissement de Katsuyama, ville de Maniwa-shi, Préfecture de Okayama, par Yahei Tsuji, marchand reconverti dans la fabrication du saké. Dès ses débuts, l’entreprise est choisie pour approvisionner la maison de Lord Miura, le Daimyo (Seigneur) de la province. Ses sakés prennent alors le nom de "Gozenshu" - saké dédié au seigneur. Le saké était également très apprécié des habitants sous le nom de marque "Manetsu".

Katsuyama est située dans la région de Mimasaka (ancien nom du nord d'Okayama), longtemps connue sous le nom de «Umasake no Kuni» (littéralement traduit par «le pays du beau saké»).
Avec son climat froid associé à une eau souterraine fine et un bon riz pour le saké, Katsuyama offre un environnement idéal pour la fabrication du saké.
En effet, ces avantages régionaux ont contribué à forger la devise de Gozenshu: «Être responsable de la fabrication du meilleur saké avec du riz local, de l’eau et un véritable artisanat local.»
Au fil des générations, la philosophie a toujours inspiré les brasseurs à s'efforcer de fabriquer le meilleur saké sans aucun compromis.
Le saké de Gozenshu incarne un goût net contrairement au saké produit dans la partie sud d’Okayama. Si le saké du sud a un goût relativement sucré, le goût net de Gozenshu est ce que les buveurs locaux ont demandé, en grande partie à cause de l’hiver froid qu’ils doivent endurer.
Chez Gozenshu, ils sont impatients de fabriquer le saké junmai depuis plus de quatre décennies, bien avant que la récente mode junmai n'émerge.
Il est sûr de dire que junmai représente environ 70% de l'ensemble de leurs produits.
Ces dernières années, le brassage est dirigé par la première femme Tôji d’Okayama, Maître brasseur, Maiko Tsuji (7e génération de la famille) qui a hérité du poste de son mentor Takumi Harada après sa mort en 2007 (le Japon ne compte à ce jour que 20 Tôji femmes sur 1200 Tôji). Harada était un maître bien connu qui avait travaillé pour Gozenshu depuis plus de 40 ans.
Avec Tsuji à la tête de son équipe de jeunes brasseurs, la brasserie Gozenshu a été revitalisée et continue de se consacrer à l'art de la fabrication du saké.
La famille Tsuji était également désireuse de poursuivre des activités culturelles pendant les périodes Meiji et Showa. Puisque les chefs de famille de l'époque étaient des soi-disant amateurs de culture, leur brasserie a été visitée par des artistes et écrivains célèbres tels que Tekkan et Akiko Yosano (auteur / poète), Saishu Onoe (poète / chirographe), Hekidoto Kawahigashi (poète / essayiste) pour n'en nommer que quelques-uns.
Par ailleurs, un géant de la littérature japonaise, Junichiro Tanizaki (également passionné de saké) a écrit l'un de ses romans majeurs, Les sœurs Makioka, alors qu'il était évacué à Katsuyama pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa résidence temporaire demeure jusqu'à présent et continue d'attirer les visiteurs dans la ville.
Dans un passé récent, la liste de ceux qui ont visité avec affection cette brasserie comprend Tatsuya Naramoto (historien), Yasaburo Ikeda (érudit), Kiyoshi Atsumi (acteur) et Rokusuke Ei (parolier). «L'échange culturel à travers le meilleur saké» est précisément ce dont est constituée l'histoire de Gozenshu.
Tout a été rendu possible grâce au dévouement sincère de leurs ancêtres qui ont véhiculé le véritable art de la fabrication du saké et sa culture.
Enfin, il est nécessaire de retenir deux points majeurs concernant la famille Tsuji : ils sont à l’origine de la renaissance de la méthode Bodaimoto pour la confection des pieds de cuve et Tsuji Honten sera dans les mois à venir l’unique Brasserie à ne confectionner ses nihonshu qu’à partir d’un seul et même riz, le omachi. La méthode Bodaimoto avait disparu, il y a 4 siècles avec l’apparition de la méthode Kimoto. A l’époque de la méthode Bodaïmoto, les brasseurs de saké fabriquaient leur brevage toute l’année, ce qui impactait négativement, de façon fréquente, la stabilité des sakés. La méthode Kimoto a favorisé la fabrication des sakés en hiver, garantissant ainsi une très bonne stabilité au breuvage confectionné. La méthode Bodaimoto est redécouverte en 1980, dans un ouvrage Japonais ancien , « Nihon Sankaimeisan Zue » (méthode d’élaboration du saké Japonais) déniché en Angleterre par l’antiquaire Mike Deen, oncle par alliance de l’actuel Président de Tsuji Honten.